Interview de Diana en 1995 : quelles conséquences pour la BBC après le rapport choc?

·1 min de lecture

Les répliques de l’enquête sur l’interview explosive de la princesse Diana n’en finissent pas de secouer la BBC. L’affaire pourrait même, dans les jours ou les semaines qui viennent, provoquer un chamboulement au sein du géant audiovisuel public britannique puisque le gouvernement a indiqué aujourd’hui vouloir examiner son mode de gouvernance. C’est un nouveau coup dur pour la BBC, engagée dans un vaste plan d’économies et souvent accusée d’élitisme et de partialité.

En revanche, pour le Premier ministre Boris Johnson, c’est du pain béni, lui qui n’a jamais porté la "Beeb" dans son cœur et s’est souvent interrogé sur son financement par la redevance.

Le Prince William a dénoncé "les manquements" du média public 

A l’origine du scandale, il y a donc cet entretien qu’avait accordé en 1995 la princesse de Galles au journaliste Martin Bashir. Elle y avait révélé sa boulimie, son mariage malheureux ou l’extrême dureté de la famille royale à son égard. Selon un rapport d’enquête dont les conclusions ont été livrées jeudi, Martin Bashir avait falsifié des documents pour obtenir ce rendez-vous avec l’épouse du Prince Charles. Il avait ensuite menti à sa hiérarchie.

Lire aussi - Royaume-Uni : Edwin Poots, un dur élu à la tête des unionistes nord-irlandais

 

Le Prince William a été le premier à réagir à ces révélations, dénonçant "les manquements" du média public qui "auront alimenté les peurs, la paranoïa et la solitude" de sa mère, morte en 1997. Le prince Harry, est lui aller jusqu'à ...


Lire la suite sur LeJDD