Interview du 14 - juillet: Macron veut aller plus loin sur la réforme de l'assurance chômage

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le président de la République veut un texte de loi sur la réforme du travail "dès cet été", qui concernera l'assurance-chômage mais aussi la formation.

POLITIQUE - Le retour du “traverse la rue” pour trouver un emploi. Emmanuel Macron a confirmé, ce jeudi 14 juillet, vouloir “aller plus loin” sur la réforme de l’assurance chômage pour répondre à la pénurie de main d’oeuvre. Car, dit-il, “il n’y pas un endroit en France où des gens ne vous disent pas qu’ils cherchent des salariés”.

“Il m’est arrivé de dire qu’il fallait traverser la rue, c’est encore plus vrai aujourd’hui”, a-t-il notamment lancé face à Anne-Claire Coudray et Caroline Roux, en appelant à la “remobilisation” générale pour aller vers le plein emploi, objectif revendiqué pour son second mandat. Le but, selon les mots du locataire de l’Élysée, serait “qu’il y ait un texte de loi” sur la “réforme du RSA”, la “réforme de France Travail”, mais aussi celle du lycée professionnel et la formation “tout au long de la vie” qui soit prêt “dès cet été”.

Si Emmanuel Macron n’a pas donné davantage de détails sur les contours de son projet, il a profité de cet entretien pour en dessiner la philosophie. “Quand je me déplace, j’ai aujourd’hui des restaurateurs qui me disent je ne pourrai pas ouvrir ce week-end...”, a-t-il raconté, et cela “je ne peux pas l’accepter”.

“Cette solidarité c’est ceux qui bossent qui la paie”

Interrogé sur les raisons de la désaffection pour certains métiers, les bas salaires ou la dureté de la tâche, Emmanuel Macron a fait valoir la responsabilité de chacun. “S’ils peuvent trouver et aller vers un autre métier je le comprends très bien. Mais si derrière la réponse c’est ‘je vais bénéficier de la solidarité nationale pour réfléchir à ma vie’, j’ai du mal à l’entendre parce que cette solidarité c’est ceux qui bossent qui la paie”, a-t-il ainsi répondu.

Plus concrètement, le chef de l’Etat a confirmé vouloir conditionner le versement du RSA aux bénéficiaires à certaines contreparties pour “leur remettre le pied à l’étrier.” “La collectivité doit de la formation pour aller vers des métiers dont on a besoin”, et “les gens qui touchent du RSA doivent s’engager, ce qui était le cœur du RMI”, a-t-il ainsi rappelé.

Objectif: “Aller à 5%” de chômage à la fin du quinquennat, selon les mots du chef de l’État, après l’avoir déjà ramené à 7%. ”Le coeur de la bataille, c’est le plein emploi”, a-t-il martelé, car ”ça change la vie d’une nation... ça change le moral de troupes.”

À voir également sur Le HuffPost: La grande interview de la nouvelle ministre de l’Égalité femmes-hommes

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

VIDÉO - Emmanuel Macron : ce geste tendre envers Brigitte Macron lors du défilé du 14 juillet

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles