Interrogé sur L214, le ministre de l'Agriculture arrache le micro d'un journaliste

BIEN-ÊTRE ANIMAL - Le sujet est de toute évidence sensible. Le ministre de l’Agriculture n’a visiblement pas du tout apprécié d’être interrogé sur la dernière enquête de L124 dans un abattoir de veaux situé en Dordogne ce mercredi 26 février.

Didier Guillaume s’est énervé quand le journaliste de “C à vous” Tancrède Bonora est revenu sur son “double langage”: après avoir assuré qu’il ne voyait aucune non-conformité dans la vidéo-choc de L214, des emails internes au ministère envoyés par erreur à l’association de défense des animaux évoquaient des non-conformités “indéniables, voire majeures”.

“Je n’ai pas de double langage”, entend-on le ministre répondre en arrachant violemment le micro du journaliste qui lui demandait une réaction, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête d’article.

Écarté par la sécurité, le journaliste abasourdi est ensuite rappelé par le ministre qui lui dit: “Venez, non mais, je n’ai pas de double langage”. Lui tendant son micro, Didier Guillaume explique sa réaction en justifiant que le journaliste lui avait “mis devant la bouche”. 

Pressé de répondre sur l’incohérence entre la réponse officielle et les emails internes, le ministre a ensuite rebroussé chemin après avoir assuré qu’il communiquerait si de nouvelles informations sur cet abattoir lui parvenaient. 

Les regrets du ministre

Jeudi 27 février, Didier Guillaume a dit “regretter ce moment d’énervement”, même s’il assure ne pas avoir “arraché un micro”. “Vous savez, dans la cohue quand on est bousculé, quand on vous traite de menteur et qu’on se fait insulter, ça ne marche pas comme ça”, explique-t-il, évoquant l’importance de la déontologie des politiques et des journalistes. 

L214 avait demandé jeudi dernier la fermeture de l’abattoir, après diffusion d’une nouvelle vidéo montrant selon elle des infractions “multiples”, notamment “des signes de conscience ou sensibilité” des animaux. L’association était revenue à la charge mardi, à la découverte des courriels internes, et avait alors demandé la démission du ministre.

À voir également sur Le HuffPost: L214 enquête sur l’abattoir de Sobeval en Dordogne et dénonce des sévices graves

LIRE AUSSI

À quoi sert vraiment Déméter, la cellule anti-agribashing lancée il y a 3 mois?

Joaquin Phoenix sauve une vache et son veau de l'abattoir, au lendemain des Oscars

Love HuffPost? Become a founding member of HuffPost Plus today.

This article originally appeared on HuffPost.