Interrogations autour des effets secondaires du vaccin AstraZeneca, suspendu en Norvège, au Danemark et en Islande

·1 min de lecture

Ce jeudi 11 mars, plusieurs pays européens ont annoncé avoir suspendu l'utilisation du vaccin d'Astrazeneca. Une décision liée à l'apparition de caillots sanguins chez des personnes vaccinées, et au nom du principe de précaution. De son côté l'agence européenne du médicament a ouvert une enquête mais se veut rassurante, car le lien de cause à effet n'est pas avéré à ce stade.

Le vaccin d'Astrazeneca contre le Covid-19 est entré dans l'œil du cyclone jeudi. Le Danemark, rapidement imité par l'Islande et la Norvège, a annoncé qu'il suspendait temporairement son utilisation après que certains patients ont développé des caillots sanguins. L'autorité sanitaire danoise a justifié son choix au nom de la "précaution" en attendant les conclusions des enquêtes sanitaires en observant qu'il n'était pas possible de conclure, à ce stade, à l'existence d'un lien entre le vaccin et ces potentiels effets secondaires.Ce lundi, l'Autriche avait déjà cessé d'administrer un lot de ces vaccins après le décès d'une infirmière de 49 ans à la suite de "graves troubles de la coagulation" quelques jours après avoir reçu l'injection. Dans la foulée, quatre autres pays européens - l'Estonie, la Lituanie, la Lettonie et le Luxembourg - avaient suspendu les vaccinations avec des doses provenant de ce lot, livré dans 17 pays et qui comprenait un million de vaccins. Ce jeudi c'est au tour de l'Italie d'interdire à titre de précaution l'utilisation d'un lot de vaccins anti-Covid...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Baromètre MGEN sur la santé universitaire : "Voir les étudiants être livrés à eux-mêmes doit nous interroger"

Mali : interrogations sur une frappe aérienne menée par la force Barkhane

"Covid-19 : interroger l’état d’urgence"

Alstom autorisé par la Commission européenne à racheter la branche rail de Bombardier : une opération qui interroge

"Avec eux, on ne sait pas à quel point on est immunisés" : interrogations sur les tests sérologiques, disponibles en pharmacie