Interpol, Bosnie et mariage gay en Roumanie : les informations de la nuit

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
ROSLAN RAHMAN / AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Démission du président d’Interpol. Le président chinois d’Interpol, Meng Hongwei, a démissionné de ses fonctions dimanche, après avoir disparu pendant plus de dix jours, rapporte le New York Times. L’annonce a été faite peu après que Pékin a annoncé que M. Meng faisait l’objet d’une enquête dans son pays, soupçonné d’avoir “violé la loi”. Selon le quotidien, le Parti communiste chinois a déclaré que M. Meng avait été placé “sous la surveillance” de l’organisme chinois de lutte contre la corruption. À Lyon, siège d’Interpol, son épouse, Grace Meng, a été placée dimanche sous protection policière pour avoir reçu des menaces et fait part de sa vive inquiétude. Ce n’est pas la première fois qu’un membre important de la diaspora chinoise manque subitement à l’appel, sous prétexte d’une lutte anticorruption qui s’apparente parfois à une purge politique. Mais c’est la première fois qu’elle touche le responsable d’une grande institution internationale. Le New York Times observe que l’initiative des autorités chinoises “risque d’entraver les efforts de Pékin pour étendre son influence à l’international”.

Bosnie : Milorad Dodik revendique la victoire à la présidence collégiale. Le Serbe de Bosnie Milorad Dodik a revendiqué dimanche la victoire au poste réservé à sa communauté au sein de la présidence collégiale de la Bosnie, selon RFE/RL. Selon des résultats préliminaires, il aurait réuni plus de 55 % des suffrages, contre un peu moins de 42 % pour le modéré Mladen Ivanic. “Ma victoire est claire comme de l’eau de roche”, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse. Sefik Dzaferovic est pour sa part en tête de la course pour le siège bosniaque de la présidence, tandis que le modéré Zeljko Komsic est en tête des suffrages pour le siège croate. Ancien favori des Occidentaux, qui voyaient en lui un modéré dans l’après-guerre intercommunautaire (1992-1995), Milorad Dodik est aujourd’hui un dirigeant prorusse et nationaliste, qui ne cache pas son mépris pour la Bosnie actuelle et ne cesse de fustiger les Occidentaux. Son objectif : “Renforcer l’identité politique et nationale serbe.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles