Interpellation raciste à l'Assemblée nationale : ce qui attend désormais le député RN concerné

Quelques mots ont suffi pour déclencher une pagaille monstre à l'Assemblée nationale. Ce jeudi, alors que le député LFI Carlos Martens Bilongo interpellait le gouvernement sur les sauvetages de migrants en mer Méditerranée, un député RN s'est fendu d'un "Qu'il retourne en Afrique" qui a suscité la sidération dans l'hémicycle, la suspension de la séance de questions au gouvernement et un torrent de réactions.

L'élu en question, Grégoire de Fournas, s'est ensuite défendu en soutenant qu'il ne s'adressait pas directement à son homologue Carlos Martens Bilongo, d'origine congolaise et angolaise, mais qu'il s'exprimait au pluriel en visant les embarcations de migrants. Pas de quoi empêcher le déclenchement d'une procédure pour statuer sur cet incident. Une décision que devra prendre le bureau de l'Assemblée nationale, convoqué ce vendredi à 14h30 par Yaël Braun-Pivet, la présidente de l'hémicycle .

Prélèvement sur salaire, exclusion temporaire

Ce bureau est composé de la présidente de l'Assemblée, des six vice-présidents, des trois questeurs et des 12 secrétaires. Des postes répartis proportionnellement en fonction des résultats des dernières élections législatives. Les membres de ce bu...


Lire la suite sur Europe1