Interpellée par Pierre Niney, Roselyne Bachelot lui répond et défend la fermeture des lieux culturels (VIDEO)

·1 min de lecture

Fermés au moment du second confinement, les théâtres et cinémas n'ont toujours pas réouvert plus de cent jours après. Et l'incertitude règne sur le calendrier d'un éventuel retour à la normale, quand d'autres secteurs ont, eux, repris leur activité. Une situation qui pèse de plus en plus sur les acteurs du secteur, nombreux à broyer du noir face au sort réservé aux salles de spectacle. Pierre Niney s'est fait la voix de ces artistes mécontents ce dimanche 7 février en apostrophant Emmanuel Macron et Roselyne Bachelot sur son compte Twitter. Dans son message, le comédien partage son incompréhension de voir les lieux culturels fermés, alors que les Français peuvent continuer à fréquenter les lieux de culte, à faire leurs courses dans des grands magasins ou à voyager en avion. Une façon de pointer les contradictions des restrictions sanitaires et de regretter que le gouvernement délaisse la culture.

Le coup de gueule de Pierre Niney n'est pas passé inaperçu. Invitée ce lundi 8 février dans la matinale de BFMTV, Roselyne Bachelot s'est prononcée sur une possible réouverture prochaine des musées avant de répondre au message du comédien. La ministre de la Culture a expliqué comprendre le désarroi des artistes tout en défendant la fermeture des salles de spectacle : "J'entends. J'entends Pierre Niney. J'entends les artistes. J'entends leur frustration. Il y a peut-être un chiffre qui manque dans l'interpellation que me fait Pierre Niney, c'est 80 000 morts par le coronavirus, des centaines (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Francis Veber revient sur l'échec cuisant du remake de L'Emmerdeur : "Les gens ne voulaient pas de Patrick Timsit et Richard Berry"
Sia : son film Music crée la polémique, la chanteuse s'excuse et quitte Twitter
La mise au point de Marilou Berry : "Oui je suis grosse, ce n’est pas une insulte !"
Nick Nolte : que devient l'acteur phare des années 80 ?
Tarzan (TF1) : que vaut cette vision modernisée de l'homme-singe, réalisée par David Yates ?