Une internationale brune très fragile

Libération.fr

Le 27 janvier 2012, Marine Le Pen et son compagnon Louis Aliot assistent, à Vienne, au bal annuel des Burschenschaft, ces corporations étudiantes secrètes pangermanistes (interdites aux juifs et aux femmes) qui ont été le creuset idéologique de l’Anschluss en 1938. Les deux dirigeants frontistes ont eu l’insigne honneur d’être invités à valser par le parti d’extrême droite autrichien, le FPÖ, un parti aux sympathies néonazies affichées avec lequel le Front national entretient d’étroites relations. Le couple frontiste n’a guère apprécié que sa présence soit rendue publique, tout à son entreprise de dédiabolisation du FN sur la scène intérieure française. Mais comme d’habitude, le malaise est vite oublié, les médias hexagonaux s’intéressant peu à ce qui se passe sur la scène européenne. Ils ont tort : car Marine Le Pen n’a pas les mêmes pudeurs dès qu’elle sort de ses frontières, n’hésitant pas à entretenir les meilleures relations du monde avec les partis d’extrême droite les plus durs.

Antisémites. La candidate du FN, tout comme son père, est ainsi très proche du Vlaams Belang néerlandophone belge qui ne cache pas sa nostalgie du IIIe Reich, qui a permis au mouvement flamand de s’émanciper. Tout ce petit monde se côtoie au sein d’une internationale brune, le Mouvement pour l’Europe des nations et des libertés, un parti politique européen fondé en 2014 et présidé par Louis Aliot. Ce dernier a pris la succession de l’Alliance européenne pour la liberté (fondé en 2010) : outre le FN et le Vlaams Belang, on y trouve la Ligue du Nord italienne, le FPÖ autrichien et l’OKS tchèque (Obcanska konzervativni strana). En 2015, elle est reconnue par l’Union - qui n’hésite pas à financer des organisations dédiées à sa destruction - comme «parti politique européen», ce qui lui permet de recevoir 1,2 million d’euros en dotation annuelle, plus environ 700 000 euros pour sa fondation. Le PVV du Néerlandais Geert Wilders, pourtant très proche du FN, n’en est pas membre, refusant de (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Artillerie
BasSE du front
Les promesses du FN, entre tout et son contraire
Des soutiens solides mais informels
Deux projets de société pour une France divisée

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages