Les intermittents du spectacle ne relâchent pas la pression

Il y a un flou autour de cette année blanche, annoncée par Emmanuel Macron le 6 mai. Pourtant, en théorie, c’est simple. L’ensemble des droits des intermittents doit être prolongé jusqu’au 31 août 2021. En temps normal, ils doivent faire 507 heures de travail par an pour renouveler leur statut, mais ce ne sera pas nécessaire cette année à cause de la pandémie de coronavirus. Mais dans les fait, ce n’est pas si simple, déplorent les syndicats, qui ont organisé des manifestations samedi 6 juin pour dénoncer le fait quel n’y avait toujours pas d’applications de ces annonces. Texte en cours d’examen "Pour l’instant, il n’y a rien, strictement rien. Il n’y a eu que de la communication, aucun milliard débloqué, aucun décret d’application", a réagi Michel Szempruch, réalisateur. Sur le site web de Pôle emploi, sur la page dédiée aux intermittents du spectacle, il est clairement écrit que "les textes d’application n’ont pas encore été publiés. Dans l’attente, Pôle emploi prolonge vos droits jusqu’au 30 juin 2020". Pour autant, le ministère de la Culture a assuré qu’un texte en tout point semblable aux annonces du président était en cours d’examen au Parlement.