Intermarché se fait une nouvelle fois épingler pour avoir vendu une espèce de requin menacée

L'ONG Sea Shepherd a publié une photo de morceaux de requin-renard vendus dans un Intermarché. Une espèce considérée comme "vulnérable" par l'Union internationale pour la conservation de la nature.

Une nouvelle fois, Intermarché se retrouve dans le viseur de Sea Shepherd. L'ONG a publié sur sa page Facebook des morceaux de requin-renard, une espèce en danger, à vendre dans un Intermarché de Pont Audemer. L'entreprise a immédiatement réagi en déclarant sur Twitter:

"Nous avons immédiatement contacté ce point de vente; il s'agit d'un acte isolé. Nous tenions à rappeler que notre enseigne demande à ses points de vente de ne pas proposer à la vente d'espèce de requins menacées."

En effet, le requin-renard est classé comme "vulnérable" par l'Union internationale pour la conservation de la nature. Pourtant, ce n'est pas la première fois qu'Intermarché se fait épingler par l'ONG. En juillet dernier, le magasin d'Argelès-sur-mer en proposait à ses clients. Sea Shepherd avait tweeté la photo. Intermarché avait réagi à l'époque :

"Suite à l’interpellation de @SeaShepherdFran sur la vente de requin dans certains points de vente, nous confirmons qu’il ne s’agit nullement d’une politique d’enseigne mais de regrettables initiatives isolées. Nous avons immédiatement fait cesser ces ventes."

Mais comment ce requin se retrouve si facilement sur les étals ? Tout simplement, explique Sea Shepherd parce que "la pêche au requin renard est interdite mais s'il est capturé par accident elle devient légale. On peut ensuite le vendre, en faire la promotion et même exposer sa tête pour qu'il puisse assurer le show au (...)

Lire la suite sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :