Est-il interdit de "spoiler" une émission de télévision? La justice a tranché

·2 min de lecture

La société de production ALP a remporté une victoire devant le tribunal de Paris face à un internaute qui dévoilait le dénouement des prochains épisodes de "Koh-Lanta".

Plus de révélations avant l'heure sur les détails croustillants de l'émission Koh-Lanta: la société de production ALP a remporté une victoire devant le tribunal de Paris contre des bavards sur des réseaux sociaux, selon trois ordonnances consultées par l'AFP.

Depuis plusieurs semaines, "des informations de nature diverse circulent sur les plateformes de discussion et les réseaux sociaux", a indiqué Adventure Line productions, dans un communiqué publié mercredi.

Or, "ces publications engendrent des injures auprès des aventuriers de la saison et ont pour seul objectif de détruire l'intérêt des téléspectateurs pour cette nouvelle édition", a ajouté ce poids lourds des jeux télévisés d'aventure tels que Koh-Lanta (diffusé sur TF1) ou Fort Boyard (France 2).

L'auteur de ces révélations est un ancien participant, selon ALP. Son nom a été biffé dans l'une des ordonnances consultées par l'AFP, datée du 14 septembre.

1000 euros d'amende par infraction constatée

Saisi par ALP, le tribunal judiciaire de Paris lui a interdit toute publication ou commentaire sur les réseaux sociaux ou sur tout autre support de communication "des informations ayant trait au contenu des épisodes à venir de la saison de Koh-Lanta en cours de diffusion sur TF1". Il cite notamment "l'issue des épreuves, l'ordre d'élimination des concurrents du jeu, le nom des finalistes et du vainqueur du jeu". Il risque une sanction financière de 1000 euros par infraction constatée, selon l'ordonnance. 

L'homme a également été "tenu de supprimer de l'ensemble des comptes" dont il a le contrôle sur les réseaux sociaux "les informations ayant trait au contenu des épisodes à venir" dans un délai de 24 heures sous peine d'une amende de 500 euros par jour de retard.

Ne pas "gâcher le plaisir des téléspectateurs"

Dans deux autres ordonnances, datées du 9 septembre, le tribunal de Paris a demandé à Twitter et Facebook de lever l'anonymat de comptes non identifiés qui divulguent des éléments du jeu avant leur diffusion le mardi. Ce serait, selon le quotidien Le Parisien, une première dans un tel contexte.

Pour ALP, il s'agit de protéger l'intérêt pour son jeu phare, qui a fêté à l'été 2021 ses 20 ans et a séduit plus de 5,5 millions de téléspectateurs en moyenne lors de la précédente édition au printemps.

"ALP ne laissera pas gâcher le plaisir des téléspectateurs et entend protéger son programme et ses 'aventuriers'", a-t-elle averti dans son communiqué. Et de mettre en garde: "Pour ce faire, elle n'hésitera pas à faire appel à la justice aussi souvent que nécessaire".

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles