Interdire ou non la corrida? Les députés planchent sur un sujet polémique

© Arthur Nicholas Orchard

Les députés examinent mercredi en commission la proposition inflammable d'interdiction de la corrida portée par l'insoumis Aymeric Caron qui a peu de chances d'aboutir, mais divise les camps politiques et suscite plusieurs manifestations le week-end prochain.

La corrida est une "exception qui n'a plus lieu d'être", une "torture" des taureaux, juge l'ancien journaliste Aymeric Caron, élu député de Paris en juin.

"Un test démocratique"

Si le temps le permet, mercredi matin en commission des Lois et le 24 novembre dans l'hémicycle, "c'est un test démocratique qui va se dérouler. On va voir si les députés sont vraiment libres ou s'ils vont céder aux pressions des lobbies", attaque le militant de la cause animale.

Aymeric Caron veut modifier le Code pénal qui punit déjà la maltraitance animale, mais dont les sanctions prévues à l'article 521-1 "ne sont pas applicables aux courses de taureaux lorsqu'une tradition locale ininterrompue peut être invoquée". Et le député LFI espère ajouter par amendement l'interdiction des combats de coqs encore autorisés dans le Nord ou certains territoires d'Outre-mer.

Sa proposition de loi suscite l'embarras dans les groupes politiques, où la liberté de vote est de mise. Au nom de la défense d'une "tradition culturelle" dans le Sud-Ouest et le pourtour méditerranéen, le gouvernement compte s'y opposer.

Ne pas "tomber dans le radicalisme du député" Caron

La secrétaire d'Etat en charge de la Ruralité Dominique Faure est annoncée au banc des ...


Lire la suite sur ParisMatch