Interdire CNews ? Pour Sandrine Rousseau, « la question se pose »

Dans le viseur du Conseil d’État, la chaîne CNews fait l’objet de nombreuses critiques dans une partie de la classe politique, particulièrement à gauche. Lundi, les diatribes ont été lancées par Sandrine Rousseau. Invitée de Sud Radio, la députée écologiste a déploré « la ligne éditoriale » du média possédé par le milliardaire Vincent Bolloré, évoquant l’absence de « garantie du pluralisme de la parole » qui « interroge la limite de notre démocratie ».

Selon l’élue, l’autorisation d’émettre CNews s’avère « une question » qui « se pose » dans ce contexte. En février, le Conseil d’État intimait l’ordre à l’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (Arcom) de surveiller le respect du pluralisme au sein de la chaîne. Une décision qui faisait suite à une saisine de l’association Reporters sans frontières (RSF) après un premier échec auprès de l’instance régulatrice.

Vincent Bolloré nie « tout projet idéologique », au contraire de Raphaël Glucksmann

« Ce n’est pas une chaîne d’information », a tancé Sandrine Rousseau. Regrettant la présentation « d’informations à la limite de la réalité », l’écologiste a estimé que les sujets abordés à l’antenne étaient « l’immigration, le grand remplacement, le danger de l’étranger ». Autant de thématiques qui fleurissent majoritairement à droite du spectre politique.

Pourtant, la chaîne réfute tout « projet idéologique », comme l’a martelé Vincent Bolloré, le 13 mars, devant la commission d’enquête parlementaire...


Lire la suite sur LeJDD