Interdiction des véhicules polluants : la galère des conducteurs

·1 min de lecture

Porte Saint-Cloud à Paris, c’est la douche froide. Plusieurs automobilistes ne semblent pas au courant mais leurs véhicules, jugés trop polluant, ont été bannis de la région parisienne. Comme la Ford de 2003 conduite par Kamel, bagagiste à l’aéroport d’Orly. "Je roule avec, je n’ai pas les moyens pour acheter une voiture haute gamme ou une voiture électrique ou quelque chose comme ça. Parfois nous n’avons pas le choix", souffle-t-il.

>> Retrouvez Europe midi en replay et en podcast ici 

Depuis mardi matin, les véhicules avec des vignettes 4 et 5 ne sont plus autorisés à circuler la semaine en journée dans les communes situées dans le périmètre de l’A86. Cela concerne tous les diesels de plus de 15 ans et les essences immatriculées avant 1997, soit plus de 150.000 véhicules. La mesure était prévue mais sa publicité, nettement moins.

"Après la pandémie, ça ne va rien arranger !"

Sur le marché de la Porte de Saint-Cloud à Paris, les commerçants concernés s’arrachent déjà les cheveux. "C’est la cata", souffle une vendeuse. Khaled vend des chaussures sur les marches de la banlieue parisienne. Il se prêt à changer "tout de suite" sa fourgonnette de 2005 "si l’Etat donne quelque chose comme des aides de reprises de l’ancien véhicule, par exemple".

>> Retrouvez tous les journaux de la rédaction d'Europe 1 en replay et en podcast ici

"Et les petits artisans ils vont faire comment ? Ils ne peuvent pas changer leurs véhicules. Ils vont travailler comment ?", s’enrage Max, qui...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles