Interdiction de l'abaya : LFI prévoit de déposer un recours devant le Conseil d'État

En réponse à l'interdiction de l'abaya dans les écoles, le coordinateur de La France insoumise va proposer à son groupe parlementaire "d'attaquer au Conseil d'État cette réglementation".

Manuel Bompard prépare la riposte. Le coordinateur de La France insoumise annonce ce mardi sur France 2 qu'il va proposer à son groupe parlementaire "d'attaquer au Conseil d'État" la nouvelle réglementation voulue par Gabriel Attal, ministre de l'Éducation nationale, pour interdire l'abaya à l'école.

"Je pense qu'elle va être contraire à la Constitution", justifie le député des Bouches-du-Rhône. "À mon avis, elle est dangereuse, cruelle et va se traduire par des discriminations à l’égard des jeunes femmes, en particulier celles de religion musulmane."

"Agiter les peurs et les fantasmes"

Cette proposition devrait faire l'unanimité chez les insoumis, tant les réactions de ces derniers se sont multipliées depuis cette annonce.

Si le gouvernement, mais aussi certains élus du PS et du PCF, mettent en avant le principe de laïcité et la loi de 2004 sur les signes religieux à l'école, Manuel Bompard leur répond que l'abaya n'est pas considérée comme une tenue religieuse, en s'appuyant sur la position du Conseil français du culte musulman.

"Le principe de la laïcité, c’est que ce sont les religions qui déterminent quels sont leurs signes religieux", insiste ce très proche de Jean-Luc Mélenchon.

Manuel Bompard attaque également le gouvernement sur la forme. "En cette rentrée scolaire, je pense qu’on attend autre chose du ministre de l’Éducation nationale que d’aller agiter les peurs et les fantasmes sur une tenue dont tous les signalements disent que ça concerne à peu près 0,25% des établissements scolaires", tance l'insoumis. Et de citer d'autres priorités, comme l'inflation des prix des "fournitures scolaires" ou "les difficultés de recrutement".

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - "C'est une robe comme les autres", "Plein de chrétiennes en mettent": ces adolescentes qui portent l'abaya témoignent