Interdiction de la corrida: le député LFI Aymeric Caron retire son texte et dénonce "l'obstruction"

L'élu parisien a annoncé dans l'hémicycle retirer sa proposition de loi qui visait à interdire la corrida. "Je regrette de ne pas voir beaucoup de courage parmi les députés", a avancé Aymeric Caron.

Une grande surprise. Aymeric Caron a annoncé dans l'hémicycle ce jeudi soir le retrait de sa proposition de loi qui visait à interdire l'interdiction de la corrida.

"Je dois bien me rendre à l'évidence. Nous ne pourrons pas abolir la corrida en France aujourd'hui", a avancé le député insoumis, dénonçant "l'obstruction" de ses opposants.

Des centaines d'amendements

Des élus de droite et d'extrême droite avaient déposé plusieurs centaines d'amendements pour faire traîner les débats contre la corrida. Parmi ceux-ci, plusieurs centaines venaient du RN, avec des arguments parfois surprenants.

Le député Yoann Gilet proposait ainsi de remplacer le titre de la proposition de loi "Abolir la corrida: un petit pas pour l’animal, un grand pas pour l’humanité" par "gommer les traditions taurines", "effacer la passion du peuple du sud" ou encore "imposer l’idéologie d’un homme aux villes taurines."

"Un travail un peu vain" des députés

Le rétropédalage d'Aymeric Caron, le jour de la niche parlementaire de La France insoumise et après l'adoption de l'inscription de l'IVG dans la Constitution a fortement déplu.

"Vous faites preuve de bien peu de courage", a jugé Sacha Houlié, le président Renaissance de la Commission des loi, regrettant "un travail des députés un peu vain".

L'interdiction de la corrida avait cependant peu de chance d'être votée alors que la Commission des lois avait donné un avis défavorable la semaine dernière. La France insoumise a soutenu de son côté son lieutenant, dénonçant l'ambiance politique d'un texte qui a fortement divisé.

"Si désormais chaque groupe, lorsque vous présenterez vos textes, profite de l'occasion pour faire une pluie d'amendements (...), ce sera tout notre travail qui sera altéré", a tancé le député LFI Alexis Corbière.

Liberté de vote

Les députés étaient très divisés sur ce texte, à commencer par la majorité présidentielle. Alors qu'elle n'était pas encore présidente de groupe, Aurore Bergé avait signé en 2021 une tribune pour mettre fin à cette pratique. Mais le mouvement a choisi de laisser la liberté de vote à ses élus.

Emmanuel Macron lui-même a estimé en marge du salon des maires de France ce mercredi que ce texte n'était "pas la priorité du moment".

Les socialistes souhaitaient également laisser la liberté de vote à leurs élus, contrairement aux écologistes qui étaient de farouches défenseurs de son interdiction. Seuls les LR avaient établi une position commune, appelant au maintien de la corida.

Vers une nouvelle proposition de loi

"La corrida sera bientôt abolie dans ce pays, je vous le promets", a cependant encore avancé Aymeric Caron.

Il a d'ailleurs ajouté qu'il déposerait une nouvelle proposition de loi dans les prochains mois. Les débats se poursuivent ce soir dans l'hémicycle pendant la niche de LFI autour d'un texte sur la réintégration des soignants non-vaccinés.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - En France, l'inquiétude d'un monde "aseptisé" sans corrida