Intendance. Gel hydroalcoolique et plomberie défaillante : les couacs de la présidentielle américaine

The New York Times (New York)
·2 min de lecture

Une élection menacée par le risque d’affrontements armés et l’ingérence de puissances étrangères ? Selon le The New York Times, le scrutin du 3 novembre s’est aussi caractérisé par de nombreux dysfonctionnements locaux qui ont perturbé l’expression démocratique aux États-Unis.

À Atlanta, en Géorgie, c’est une fuite d’eau qui a retardé le décompte des bulletins de quelques heures dans la salle du club de basket des Atlanta Hawks reconvertie pour l’occasion. En Louisiane, deux bureaux ont dû être déplacés en dernière minute parce qu’ils n’étaient pas équipés en générateurs électriques, rendus indispensables depuis le passage de l’ouragan Zeta. À Derry, dans le New Hampshire, mais aussi dans l’Iowa, des bulletins imbibés de gel hydroalcoolique ont quant à eux mis hors service plusieurs lecteurs de bulletins.

Ces exemples, parmi d’autres, illustrent les failles du système démocratique américain, incapable de donner le nom d’un vainqueur trois jours après l’élection présidentielle, rapporte The New York Times. “Alors que cette année les groupes armés et les ingérences de puissances étrangères étaient perçus comme une menace pour le scrutin”, écrit le quotidien new-yorkais, le déroulement de l’élection a surtout mis en lumière la mauvaise organisation des bureaux de vote et le manque de moyens mobilisés.

À lire aussi: Présidentielle américaine. Le cauchemar électoral à venir aux États-Unis

Le mardi 3 novembre, les bureaux de vote du comté d’Hidalgo (Texas) ont accusé des retards d’ouverture allant jusqu’à quatre-vingt-dix minutes, la faute à une vulgaire défaillance technique. Les nouveaux ordinateurs portables, qui avaient été distribués en prévision du taux de participation record prévu dans la région, ne fonctionnaient pas et les techniciens, “éparpillés dans

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :