Intempéries dans le Sud-Est : l'urbanisation pointée du doigt

Le corps d'une femme de 61 ans a été retrouvé mercredi 4 décembre, à Saint-Tropez, dans le Var. Ce qui porte à sept le nombre de personnes qui ont trouvé la mort lors des inondations du week-end dernier sur la Côte d'Azur. De quoi relancer le débat sur la bétonisation à outrance ? La comparaison de photographies de Roquebrune-sur-Argens (Var) illustrant d'une part la commune en 1955 et d'autre part la ville en 2019 est très parlante : de nombreuses parcelles agricoles ont été remplacées par des constructions y compris en bordure du cours d'eau. Des phénomènes météorologiques plus intenses et plus fréquents Sur le littoral, le constat est le même. La population du Var a doublé en soixante ans, passant de 413 000 habitants en 1954 à plus de 1 million en 2016. "L'urbanisation fait qu'il n'y a plus de possibilité pour l'eau de s'infiltrer dans le sol", commente Patrick Lafitte de France Nature environnement (FNE). Selon certains, l'urbanisation n'est pas la seule en cause. Les phénomènes météorologiques seraient aussi plus intenses et plus fréquents.