Intempéries: le corps d'une femme retrouvé dans le Var, le bilan grimpe à 7 morts (préfecture)

Des secouristes se tiennent à proximité d'une voiture noyée par les inondations à Mandelieu-la-Napoule le 2 décembre 2019

Marseille (AFP) - Le bilan des intempéries qui ont frappé dimanche le sud-est de la France a grimpé mercredi à sept morts après la découverte du corps sans vie d'une femme disparue dans le Var, a annoncé la préfecture.

"Les services de secours et de sécurité ont découvert, en fin de matinée, un corps sans vie, plage des Canoubiers à Saint-Tropez. Il s'agit bien de la femme de 61 ans portée disparue à Grimaud", écrit la préfecture dans un communiqué.

Cette découverte porte à sept le nombre de décès survenus au cours des pluies violentes et des inondations qui ont touché dimanche le Sud-Est, et plus particulièrement le Var et les Alpes-Maritimes.

Trois personnes sont mortes dans le Var: outre la femme dont le corps a été retrouvé mercredi, un berger, à Saint-Paul-en-Forêt, et le propriétaire d'une pension pour chevaux qui tentait de sauver ses bêtes, à Fréjus, ont été emportés par les eaux. Dans les Alpes-de-Haute-Provence, une femme a également été retrouvée morte dans sa voiture.

Enfin, dans les Bouches-du-Rhône, trois secouristes sont morts dans l'accident de leur hélicoptère, qui s'est écrasé près de Marseille alors qu'ils devaient aller aider des victimes des intempéries. Le président Emmanuel Macron doit assister vendredi avec le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner à une cérémonie d'hommage organisée sur la base de la sécurité civile de Nîmes-Garons.

Les intempéries du week-end, survenues une semaine après un épisode similaire de fortes pluies et d'inondations, ont en outre entraîné le spectaculaire éboulement d'une masse rocheuse de plusieurs milliers de tonnes sur des maisons des Mées, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Connus sous le nom de "Pénitents", ces énormes rochers surplombent le village et évoquent la silhouette de moines en procession. Seules deux personnes ont été choquées dans l'accident.

Mardi soir, la préfecture des Alpes-de-Haute-Provence a annoncé qu'un autre rocher, d'environ 2.000 m3, menaçait aussi de s'ébouler: "Les études vont être engagées prochainement pour déterminer les conditions permettant de purger ce bloc dans les conditions de sécurité optimales".