Intempéries : les agriculteurs redoutent de lourdes pertes de récolte

·1 min de lecture

La pluie ne cesse de tomber en France : juillet est en train de se transformer en un véritable mois d’automne avant l’heure. Outre les inondations, qui ont déjà fait des dégâts, les agriculteurs redoutent également ces pluies torrentielles. Moussons reculées ou encore champignons parasites, les céréaliers et les vignerons rencontrés par Europe 1 pensent d’ores et déjà qu’ils devront faire une croix sur une partie de leurs récoltes.

Les vignes du Grand-Est touchée par le mildiou

Sur la route des vins, à une trentaine de kilomètre au sud de Strasbourg se dresse la commune d’Epfig. C’est ici qu’est installé Phillipe, viticulteur. En parcourant ses douze hectares de vignes, il ne peut que constater les dégâts. "Sur toute la partie haute du feuillage, il y a des taches de mildiou jaune clair sur le dessus et en dessous, il y a un petit côté huileux", constate-t-il.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

Impossible de se débarrasser de ce redoutable champignon. On peut simplement essayer de limiter sa propagation. Pour l'instant, ce sont surtout les feuilles qui ont été touchées, mais le mildiou commence à s'en prendre aux grappes. "Soit les baies vont tomber, soit il faudra qu'on les coupe pour éviter la propagation sur les raisins sains", s’inquiète le viticulteur.

"Pour l'instant, le blé n'est pas du tout mûr"

Dans les champs de blé, la problématique est presque la même. Chez les céréaliers, les moissons ont pris du retard. Avec ces dernières semaines d...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles