Intelligence artificielle : l’ONU lance un avertissement sur la reconnaissance faciale, les droits de l’homme en danger

·1 min de lecture

L'ONU exhorte la planète à la prudence, sur le front de l'intelligence artificielle. "Les technologies d'intelligence artificielle peuvent avoir des effets négatifs, voire catastrophiques s'ils sont utilisés sans prendre en compte suffisamment la manière dont ils affectent les droits humains", a déclaré Michelle Bachelet, la Haute-commissaire des droits de l'homme de l'organisation. Elle a appelé à faire une évaluation des risques que présentent différents systèmes qui s'appuient sur l'intelligence artificielle pour le droit à la vie privée ou encore la liberté de circulation et d'expression et ensuite de bannir, ou en tout les cas de règlementer fortement, celles qui présentent les plus grands dangers.

Mais en attendant que ces évaluations puissent être menées à bien, "les Etats devraient imposer un moratoire sur les technologies qui présentent potentiellement un grand risque", a souligné l'ancienne présidente chilienne, lors de la présentation d'un nouveau rapport de ses services consacré à ce sujet. Elle a notamment cité en exemple les technologies qui permettent des prises de décision automatiques ou encore celles qui établissent des profils. "Les système d'IA sont utilisés pour déterminer qui peut bénéficier de services publics, décident de qui a une chance d'être recruté pour un emploi et, bien sûr, ont une influence sur l'information que les gens peuvent voir et partager en ligne", a-t-elle souligné.

>> A lire aussi - Comment l'intelligence artificielle peut-elle (vraiment) (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Cet archipel paradisiaque du Pacifique rouvrira aux touristes d'ici la fin de l'année
La Chine augmente sa flotte de drones militaires pour intimider ses voisins
Ouïghours : les produits issus du travail forcé bientôt interdits dans l'UE ?
Industrie, défense... Von der Leyen dévoile les chantiers prioritaires de l'UE
Le conseil de Gérald Darmanin aux Républicains, Michel Barnier n’a pas peur de Zemmour… le débrief’ des matinales politiques

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles