Intelligence artificielle : cinéma, séries, fictions... quand la caméra joue à se faire peur

·2 min de lecture

Depuis qu’existe la science-fiction, machines intelligentes et robots humanoïdes rivalisent avec les humains, voire aspirent à les dominer. Un désir qui donne, parfois, vie à des chefs-d’oeuvre.

Voici venu le temps de Blade Runner. C’est en effet en novembre 2019 - donc dans notre passé ! - que Ridley Scott situe l’intrigue de ce classique de la science-fiction, adapté du . Presque 40 ans ans après sa sortie ciné, il demeure l’une des représentations les plus saisissantes de l’intelligence artificielle au 7e art. Sa suite, . L'un des points de jonction entre ces oeuvres de fiction, c'est qu'elles incarnent une IA que films et romans aiment à représenter "forte", c’est-à-dire toute-puissante. Elle n’a pas grand-chose à voir avec celle qui envahit aujourd’hui notre réalité, celle-ci se contentant de mimer quelques capacités humaines !

"Le complexe de Frankenstein"

Mais où chercher la première IA fictionnelle ? "Il est complexe de désigner une œuvre fondatrice", explique Natacha Vas-Deyres, chercheuse en science-fiction à l’université Bordeaux Montaigne (cet article a initialement été publié dans ). On peut cependant dénicher les prémices des machines pensantes dans des récits de la fin du XIXe siècle. Ainsi, le roman Ignis du Français Didier de Chousy (1883) campe la rébellion de robots-ouvriers agricoles contre leurs exploiteurs humains. "S’ils se révoltent, c’est que leur pensée est autonome", analyse Natacha Vas-Deyres, pour qui cette œuvre est l’une des toutes premières introductions aux machines dotées de réflexion.

En 1909, le Britannique Edward Morgan Forster pousse le bouchon plus loin dans La machine s’arrête : les hommes de sa société futuriste vivent sous terre, sous la domination d’un immense cerveau artificiel. D’autres livres mettront en scène ce que le romancier Isaac Asimov appelle dans son cycle Les Robots "le complexe de Frankenstein" : . Et façon de dire que l’homme imagine toujours le pire dès qu’il invente une machine : il est dans la nature de celle-ci de se rebeller !

Un superordinateur insémine l’épouse de son créateur

Autre jalon important, la sortie en 1960 des Marteaux de Vulcain, de Philip K. Dick. Le romancier y imagine que l’huma[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles