Intégration de l'Ukraine dans l'UE : «Il n'y aura pas de procédure accélérée ni de passe-droit»

© Europe 1

Au 119e jour de la guerre en Ukraine , le président ukrainien Volodymyr Zelensky tente toujours de rallier des soutiens auprès des Vingt-Sept. Il espère pouvoir candidater à une intégration dans l'Union européenne (UE). Pour Clément Beaune , ministre délégué chargé de l'Europe, cette requête fait l'objet d'un "consensus total" au sein des membres de l'UE. "Il sera confirmé jeudi et vendredi. C'est un processus long, l'Ukraine ne sera pas demain matin membre de l'Union européenne", a-t-il déclaré au micro d'Europe 1 mercredi.

Cette candidature doit encore être officiellement validée jeudi lors d'un sommet. Mais le député élu dans la 7e circonscription de Paris a tenu à préciser qu'il n'y aurait pas "de procédure accélérée ni de passe-droit". "Pour qu'un pays rentre dans l'Union européenne, il faut que tous les pays de l'UE soient d'accord dont la France, et en France, cela passe par un vote du Parlement ou un référendum", a-t-il affirmé.

>> Plus d'informations à suivre...


Retrouvez cet article sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles