Insultes racistes contre une caissière Carrefour : la cliente sera jugée en juillet

·1 min de lecture

La justice a décidé d'aller vite dans l'affaire des soupçons d'insultes d'une femme à l'encontre d'une caissière d'un magasin Carrefour, le 3 juin dernier à Annemasse (Haute-Savoie). Selon nos confrères de RMC, la cliente mise en cause, qui avait été placée en garde à vue lundi 7 juin, sera finalement jugée. Le procureur de Thonon-les-Bains a confirmé qu'une date serait connue pour le début du mois prochain. Elle est poursuivie pour des faits "d'injures publiques commises à raison de l'appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion" mais également de "tentative de vol en état de récidive légale".

Le 3 juin dernier, des images avaient circulé sur le web montrant cette cliente injurier une salariée du groupe Carrefour. Accompagnée de deux jeunes enfants, elle lâchait alors : "Y'a que les noirs pour faire ça, "sale négresse, sale noire"… "Tu vois, les Africains comme toi, ça donne envie de les tuer". La caissière avait alors décidé de porter plainte. Après ces faits, sur les réseaux sociaux, le groupe Carrefour avait réagi, condamnant fermement ces insultes et menaces en témoignant de sa "solidarité avec [notre] collègue injuriée". "Ces propos racistes sont inacceptables. Nous les condamnons très fermement et portons plainte. Les équipes du magasin sont aux côtés de notre collaboratrice." Le maire d'Annemasse lui avait emboîté le pas en condamnant à son tour les propos et appelant au calme.

>> A lire aussi - Carrefour : la cliente soupçonnée d'injures racistes contre (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Covid-19 : certaines personnes pourraient avoir besoin d’une 4e dose de vaccin
Covid-19 : la Chine va être le premier pays à vacciner les plus petits
Pass sanitaire : cette mise à jour à faire avant de voyager en Europe
Brexit : l’UE promet une réaction "rapide" et "ferme", si le Royaume-Uni prend une décision “unilatérale” sur l’Irlande du Nord !
Gaz : l'Allemagne veut se poser en médiateur entre la Russie et l'Ukraine !