Insultes d'Erdogan contre Macron : Merkel fait le dos rond

De notre correspondante à Berlin, Pascale Hugues
·1 min de lecture
Angela Merkel n’a pas eu droit à un traitement aussi brutal qu’Emmanuel Macron de la part de Reccep Tayip Erdogan. 
Angela Merkel n’a pas eu droit à un traitement aussi brutal qu’Emmanuel Macron de la part de Reccep Tayip Erdogan.

C'est seulement 48 heures après la salve d'insultes de Recep Tayyip Erdogan à l'encontre d'Emmanuel Macron et par le biais de son porte-parole, Steffen Seibert, qu'Angela Merkel a fini par réagir en condamnant fermement les propos « diffamatoires » et « absolument inacceptables » du président turc. Face à l'unanimité de l'opprobre européen, la réplique du président turc ne s'est pas fait attendre. En Europe, accuse Erdogan, la haine à l'encontre de l'islam et des musulmans « se répand comme la peste ». Il comparait lundi les dirigeants européens aux « maillons de chaîne des nazis ». Une image facile et particulièrement blessante pour la chancelière allemande qui, comme Emmanuel Macron, a déjà été la cible des foudres du président turc dans une affaire de liberté d'expression.

En 2012, les provocations de l'humoriste allemand Jan Böhmermann qui, dans un clip télévisé, se moquait du « boss du Bosphore » et le traitait « d'enculeur de chèvres » avaient fait enrager Erdogan et placé Angela Merkel dans une situation extrêmement délicate. Il y a trois ans encore, le président turc accusait la chancelière allemande de « méthodes nazies » après l'interdiction de meetings électoraux en Allemagne pour le oui au référendum turc destiné à étendre les pouvoirs présidentiels.

Lire aussi Comment Macron est devenu la tête de Turc d'Erdogan

Une mosquée perquisitionnée à Berlin

La France n'est pas la seule à être la cible de la colère du président turc. La semaine dernière, que [...] Lire la suite