Insuffisance respiratoire : et si on ventilait... par l’anus ?

·2 min de lecture

La ventilation artificielle est une procédure invasive qui peut causer des lésions aux poumons et mobilise beaucoup de personnel. Des chercheurs japonais proposent d’administrer l’oxygène par l’anus comme un simple lavement. Une technique apparemment très efficace et sans danger.

À l’instar de la Covid-19, de nombreuses pathologies engendrent une insuffisance respiratoire nécessitant une ventilation artificielle. Cette dernière s’effectue via une sonde d’intubation délivrant l’oxygène dans les poumons. Le problème, c’est que cette procédure invasive peut elle-même causer des dommages aux poumons, sans parler des risques de contamination par des bactéries provenant de la bouche et de l’impossibilité de s’alimenter.

Ryo Okabe et ses collègues de l'Université médicale et dentaire de Tokyo (TMDU) ont donc pensé à une autre piste : injecter l’oxygène… via le rectum. Certains animaux, comme les loches (un poisson d’eau douce), les tortues, les concombres de mer ont en effet développé un mode respiratoire alternatif lorsque la disponibilité en oxygène est limitée : ils absorbent l’air par l’anus, qui va ensuite distribuer l’oxygène dans l’organisme via la paroi intestinale.

Une technique inspirée des suppositoires

« Le rectum possède un maillage de vaisseaux sanguins très fins juste sous la surface de sa muqueuse, ce qui signifie que les médicaments administrés par l'anus sont facilement absorbés dans la circulation sanguine », explique Ryo Okabe. C’est sur ce principe que s’appuient les suppositoires « nous nous sommes donc demandé si l'oxygène pouvait être délivré de la même manière ».

Les chercheurs ont d’abord pensé à administrer l'oxygène dans le rectum sous forme gazeuse. Mais, bien que la procédure s’avère efficace chez la souris, elle nécessite de « frotter » la paroi du rectum pour augmenter le flux sanguin et favoriser les échanges gazeux. On imagine que ça ne doit pas être franchement agréable. Ryo Okabe a alors pensé à une autre méthode, à savoir la diffusion par le rectum de perfluorodécaline oxygénée, un liquide semblable à celui que l’on utilise chez les bébés prématurés et pouvant transporter de grandes quantités d’oxygène et de dioxyde de carbone. Ils ont placé des cobayes animaux (souris, porc et rat) sous hypoxie, puis ont...

> Lire la suite sur Futura

Ce contenu peut également vous intéresser :

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles