Instauration de quotas par zone pour les meublés touristiques : l’exemple de Barcelone

·1 min de lecture

À Paris, la mairie veut s’attaquer aux meublés touristiques accusés de priver les habitants de logement, en instaurant des quotas ou en sanctuarisant certains quartiers. Des mesures très inspirées par Barcelone, en guerre ouverte avec Airbnb depuis plusieurs années.

L’adjoint au logement de la ville de Paris, Ian Brossat, a fait depuis plusieurs années de la lutte contre les plateformes comme Airbnb son cheval de bataille. La mairie souhaiterait aujourd’hui " expérimenter, en lien avec l'État, un système de quota ou d'interdiction par rue ou par quartier dans les zones tendues de Paris ". Une proposition issue d’une consultation qui a réuni 26 citoyens tirés au sort, qui ont planché entre janvier et février, et qui n’est pas encore actée. Il s’agit " de lancer une étude sur le sujet ", précise Ian Brossat.Ce dispositif de contrôle permettrait de préserver le centre de Paris, les quartiers du Marais et de Montmartre, très prisés des touristes et colonisés par les appartements proposés sur des plateformes comme Airbnb ou Abritel. Résultat, une pénurie de logements pour les Parisiens et une hausse accentuée des loyers. Cette colère contre les touristes et le recours aux meublés touristiques s’exprime dans de nombreuses villes européennes, mais Barcelone fait figure de précurseur dans la réponse au problème.Barcelone, laboratoire du tourisme moderneÉlue maire en 2015 avec le soutien de Podemos, Ada Colau a fait de la régulation de ces plateformes son cheval de bataille...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

Bientôt un scooter gonflable pour les moins de 80 kg

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?