Insolite. Le Spam, aliment superstar de la crise du Covid

The Straits Times (Singapour)
1 / 2

Insolite. Le Spam, aliment superstar de la crise du Covid

Dans plusieurs pays du monde, on assiste à un retour en grâce du Spam – non pas à une vague de courriels indésirables, mais à un record de ventes de cette marque, et des autres enseignes de viande en conserve dans le monde. Cette denrée de crise, qui a donné son nom au pourriel, se révèle un aliment de réconfort.

Aux États-Unis, les ventes de viande en conserve ont augmenté de 70 % ces trois derniers mois. “Au Royaume-Uni, la consommation de corned-beef a décollé”, raconte The Straits Times, ce 22 juin. Même chose en Corée du Sud, au Japon, en Allemagne, en Grèce et à Singapour.

C’est le grand retour du Spam. Pas celui des pourriels, mais de la viande en conserve qui lui a donné son nom, explique le journal de Singapour. La viande en boîte connaît un record de ventes dans le monde.

Un petit air de “nostalgie”

Tout a commencé avec le confinement. Au début, la viande en conserve a fait partie des aliments à stocker. Puis elle a permis de lutter contre la “pénurie de certains approvisionnements en viande fraîche, en particulier aux États-Unis”, ajoute le journal, citant Bloomberg. Aujourd’hui, c’est “le ralentissement économique” qui stimule la demande. Certes, la viande en boîte est bien moins chère que la viande fraîche, mais “il y a aussi quelque chose de plus profond – un retour à la nourriture de réconfort et à la nostalgie en ces temps difficiles”, explique The Straits Times.

Ray Herras, étudiant américano-philippin à l’université Columbia, à New York, explique :

J’ai grandi en mangeant du Spam. C’est profondément ancré dans la culture philippine, mais je n’en mangeais pas vraiment avant la quarantaine.”

Il reconnaît qu’il en consomme chaque fois qu’il a “le mal du pays”.

À lire aussi: États-Unis. Spam, la conserve culte

Et le journal de rappeler que la viande précuite en conserve existe depuis plus de quatre-vingts ans, qu’elle est boudée par l’

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :