InSight fête son premier « atterriversaire » sur Mars

Xavier Demeersman, Journaliste

Il y a un an (terrestre) déjà, au terme des « sept minutes de terreur » auxquelles tentent de s’habituer les opérateurs de vol de la Nasa, InSight touchait le sol de Mars, dans Elysium Planitia, près de l’équateur de Mars. Tout à fait inédite, sa mission est de scruter les « signes vitaux » de la planète dans le but de mieux comprendre son évolution au cours de ses 4,5 milliards d’années d’histoire.

Peu après son atterrissage, le robot a d’abord déployé le sismomètre Seis, conçu par le Cnes, pour écouter battre le cœur de Mars puis, début 2019, a entrepris de fouir le sol pour y glisser la sonde HP3, surnommée la « Taupe », laquelle est chargée de mesurer la température interne de la Planète rouge.

Les images du sol prises après l’atterrissage d’InSight ont montré les traces laissées par un petit caillou qui a roulé sur un mètre. Voici comment cela s’est passé. © Nasa, JPL-Caltech

Creuser le sol de Mars n’est pas si facile

Mais, pour ce dernier, cela ne se passe pas sans quelques anicroches qui ont retardé sa mise en service et premières mesures. En effet, à leur grande surprise, l’instrument a comme rebondi lors de sa progression. Le terrain n’est en réalité pas le même qu’ont parcouru feu les rovers Opportunity et Spirit pour lequel l’instrument avait été conçu. Le sol de Elysium Planitia a vraisemblablement des propriétés mécaniques différentes que les ingénieurs de la Nasa et du DLR ont cherché à contourner. La nouvelle technique mise en œuvre en octobre 2019 semble prometteuse et a permis d’enfouir presque totalement la taupe.

> Lire la suite sur Futura