Insertion, logement : ce qu'il faut retenir des annonces de Castex sur la précarité

·1 min de lecture

La lutte contre la pauvreté par le retour à l'activité et le travail, plutôt que par un relèvement des minimas sociaux : tel est le sens des annonces faites par Jean Castex, samedi. À Epinay-sur-Orge, dans l'Essonne, le Premier ministre a listé une série de mesures visant à remettre le plus vite possible les victimes économiques de la crise du coronavirus dans le circuit de l'emploi. 

>> LIRE AUSSI - Précarité : "Le gouvernement ne se mobilise pas du tout" pour les jeunes

Eviter que les travailleurs précaires ne basculent dans la pauvreté

Pour répondre aux critiques des associations, le Premier ministre a rappelé que près de huit milliards d’euros ont été mis sur la table par l’exécutif depuis le début de cette année pour lutter contre la pauvreté. Une allusion notamment à l’aide exceptionnelle de 150 euros (plus 100 euros par enfant) versée au printemps dernier aux personnes qui touchent le RSA ou l’allocation spécifique de solidarité - aide qui va être versée une seconde fois à partir de la fin novembre.

Mais la priorité du gouvernement, donc, est d’éviter que les travailleurs précaires ne basculent dans la pauvreté sous l’effet de l’explosion attendue du chômage. D’où l’effort qui va être fait sur l’insertion par l’activité économique  avec, première annonce, le déblocage de 150 millions d’euros pour financer 30.000 postes supplémentaires dans les entreprises d’insertion.

Le nombre de "parcours emploi compétence" doublé

Dans la même logique, le gouvernement va mettre 1...


Lire la suite sur Europe1