Inquiets pour leur pension, les danseurs de l'Opéra de Paris en grève

1 / 2

Inquiets pour leur pension, les danseurs de l'Opéra de Paris en grève

C'était un spectacle inédit: parmi les centaines de milliers de manifestants le 5 décembre se trouvaient des danseurs de l'Opéra de Paris, inquiets de la prochaine disparition de leur régime spécial de retraite.

L'Opéra et la Comédie-Française sont les seules institutions culturelles concernées par la réforme du gouvernement. Autrement plus confidentiel que celui de la RATP ou de la SNCF, le régime spécial de l'Opéra est l'un des plus anciens de France, puisqu'il date de 1698, sous Louis XIV.

La grève a déjà entraîné la semaine dernière l'annulation d'une dizaine de spectacles de ballet, d'opéra et de théâtre. Ce n'est pas la première fois que le Ballet de l'Opéra, l'un des plus prestigieux au monde, est en grève, mais il est rare de le voir battre le pavé.

"En 20 ans dans cette maison, c'est la première fois que je vois des danseurs dans la rue", affirme à l'AFP Alexandre Carniato, danseur et élu à la Caisse des retraites de l'Opéra.

Sur les 154 danseurs du Ballet, "on était 120 à manifester, du corps de ballet aux étoiles", explique ce "quadrille" (dernier échelon dans la hiérarchie de la compagnie).

"Pénibilité" et accidents du travail

A 41 ans, il lui reste un an avant de tirer sa révérence, en raison d'une disposition singulière: la retraite à 42 ans. Elle tient compte de la "pénibilité" du métier, avec le risque de blessures et l'interruption prématurée de carrière et du fait que la majorité peut...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi