Inquiétude. Un rhume ou le Covid ? À New York aussi, l’angoisse monte à l’approche des fêtes

·1 min de lecture

À la veille de Noël, chacun tente à tout prix d’éviter d’attraper le Covid-19. Alors, au moindre symptôme – un nez qui coule, une gorge qui gratte –, c’est la panique. À New York, les files d’attente devant les centres de test sont sans fin, et ils ne désemplissent pas de la journée.

L’entrée en matière de l’article du New York Times montre bien les inquiétudes qui ont gagné les habitants de la Grosse Pomme à quelques jours de Noël : “Quand on a un rhume, on a généralement de gros maux de tête, le nez qui coule et mal partout. Mais il faut maintenant ajouter un nouveau symptôme à cette liste : la panique.”

Alors que le variant Omicron préoccupe les autorités de santé, les New-Yorkais ne peuvent s’empêcher de s’inquiéter au moindre éternuement. Certains habitants et habitantes ont confié leur paranoïa au New York Times.

Une angoisse permanente

Avec le nouveau variant plus résistant au vaccin, et à l’approche de Noël, la vigilance sur une potentielle infection est à son plus haut niveau. Comme l’écrit le New York Times :

Même après un test négatif, certains multiplient chez eux les autotests pour se rassurer. Parmi ceux qui ont le nez qui coule et un test négatif au Covid, d’autres préfèrent s’isoler et porter un masque, y compris à la maison, jusqu’à ce que les éternuements s’arrêtent – au cas où.”

Toujours selon le quotidien new-yorkais, la santé mentale de la population américaine a beaucoup souffert de la crise sanitaire : “Une méta-analyse réalisée à partir de dizaines d’études locales sur la santé mentale et le coronavirus a montré que trois fois plus de personnes souffrent d’anxiété depuis le début de la pandémie.”

À lire aussi: Blog. Inde : la santé mentale, versant tabou de la pandémie

Rachel McEneny confie au New York Times qu’elle

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles