Inquiétude dans l'Eure après 17 cas de cancers pédiatriques inexpliqués

Après les cas de cancers pédiatriques à Saint-Pazane , où 25 enfants ont été touchés entre 2015 et 2021, ou encore le cas de la petite Silhoh , 12 ans, décédée il y a quelques semaines d’un cancer du sein extrêmement rare, l’inquiétude continue de monter en France, et notamment dans l'Eure, où un collectif de parents alerte sur un cluster de cancers pédiatriques inexpliqués. Ces familles ont confié leur désarroi au micro d'Europe 1.

Un nombre de cancers pédiatriques très élevé par rapport à la moyenne nationale

17 enfants de deux communes voisines de moins de 7.000 habitants, Igoville et Pont de l’Arche, ont développé des cancers depuis 2017. Un chiffre anormalement élevé par rapport à la moyenne nationale. À ce stade, l'Agence régionale de santé (ARS) n'a apporté aucune réponse précise aux questions des parents qui ont révélé ce cluster.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Les mains tremblantes, Coralie explique comment les familles ont découvert qu'il se passait quelque chose d'anormal. "On s’est retrouvés en même temps à l’hôpital et on s'est rendus compte qu'il y avait de nombreuses personnes qui venaient d’Igoville et de Pont de l’Arche. On s'est dit que ça faisait beaucoup", se rappelle la mère de famille. "Ca change tout car quand ça nous est tombé dessus, nous avions mis ça sur le dos de la fatalité. Quand on s'est rendu compte qu'il y avait peut-être une raison à creuser, ça s'est transformé en colère."

Deux ans de douleurs, de traitements, p...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles