Inquiétude identitaire

Libération.fr

Voilà un paradoxe sur lequel on doit méditer : aux Pays-Bas, où l’économie va plutôt bien et où les mécanismes de protection sociale sont forts, l’extrême droite menace de faire un excellent score aux législatives de mercredi. Elle ne pourra sans doute pas gouverner, puisque les autres partis refusent de s’allier avec elle. Mais le parti xénophobe de Geert Wilders domine la campagne en imposant ses thèmes anti-musulmans et anti-Europe dans le débat. Certes, les tenants d’explications traditionnelles souligneront que la politique libérale du Premier ministre actuel a aggravé la situation des plus modestes. Mais le taux de chômage est de 6 %, les déficits en voie de résorption, le niveau de vie moyen très élevé et la criminalité descendue à une proportion faible. C’est donc bien l’inquiétude identitaire qui joue le premier rôle dans la montée de Geert Wilders. Comment la combattre ? Difficile de donner une réponse simple, quand les musulmans aux Pays-Bas représentent au plus 5 % de la population et n’ont évidemment aucune intention d’imposer leur mode de vie aux 95 % restants. Il y a dans cette angoisse pour l’intégrité culturelle du pays une telle part d’irrationalité que les arguments de bon sens glissent sur ces électeurs comme l’eau sur les plumes d’un canard. Une leçon est sûre, en revanche, dans cette campagne : l’identité des Pays-Bas, c’est aussi l’ouverture sur l’Europe, dont cette nation tolérante est membre fondateur. Encore faut-il que cette Europe dessine un avenir commun en redevenant actrice de sa propre histoire au lieu de se perdre dans l’aboulie. Et qu’elle convainque le peuple qu’elle est là pour le protéger et non l’exposer à la lutte de tous contre tous. La lutte contre le nationalisme hollandais se joue autant à Bruxelles qu’à La Haye ou Rotterdam.



Retrouvez cet article sur Liberation.fr

Turcs et Néerlandais échauffés par les urnes
Wilders déteint sur la campagne
«Ici les gens sont heureux, mais les mentalités changent»
Après la division, l’Union européenne resserre les rangs
Turcs et Néerlandais échauffés par les urnes

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages