Inondations, manque d'eau potable... Les conséquences désastreuses de la disparition des glaciers

© Jorge Mantilla / NurPhoto / NurPhoto via AFP

Alors que 2022 est l'année la plus chaude jamais mesurée en France, les 215.000 glaciers de la planète continuent de fondre de plus en plus rapidement. Selon une étude, plus de la moitié d'entre eux vont disparaitre d'ici à 2100. Mais quelles seraient les conséquences de cette fonte des glaces ?

Plus de 100.000 glaciers sont condamnés à disparaitre d'ici 2100. C'est le constat alarmant d'une étude réalisée par une équipe de glaciologues internationaux et publiée dans la revue Science. Certains glaciers, notamment les plus petits, disparaîtront inévitablement. Évidemment, le réchauffement climatique est la principale cause et la fonte des glaces mais leur disparition pourrait également avoir des conséquences dramatiques partout dans le monde, pour les animaux, les humains mais aussi pour le climat.

Dans le pire des cas, la quasi-totalité des glaciers pourrait disparaitre

Pour arriver à ce constat, les glaciologues ont établi plusieurs scénarios. Le premier suit les recommandations de l'accord de Paris sur le climat qui prévoit de limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré. Dans ce cas-là, 49% des étendues de glace du monde disparaitront d'ici à 2100. Le second scénario, beaucoup plus pessimiste, prévoit une augmentation de la température de 4 degrés. Mais cette fois-ci, ce sont 83% des glaciers qui pourraient disparaître.

Sauf que la présence de glace est nécessaire pour la planète : leur fonte pourrait réduire considérablement les réserves d'eau potable, augmenter le niveau des océans et modifier la température des eaux. Cela aurait donc également des conséquences dévastatrices sur la biodiversité marine. Sur terre, la fonte des banquises fragilise d'ores et déjà la vie animale, obligeant certaines espèces à migrer et accentuant la disparition d'espèces déj...

Lire la suite sur Europe1

VIDÉO - Hugo Clément : "On risque de dépasser un point de non-retour pour nos glaciers"