Inondations dans le Lot-et-Garonne : la Garonne amorce une lente décrue

À Tonneins, commune touchée par les inondations survenues dans le Lot-et-Garonne mercredi 3 février, la cuisine de Michel Poilleaux s'est transformée en une pataugeoire boueuse, jeudi. Il a vécu près de 48 heures à l'étage de sa maison avec son épouse. Cet habitué des inondations a pu épargner ses meubles au rez-de-chaussée en les surélevant, mais les murs et les sols sont encore gorgés d'eau. "Contre l'eau, on ne peut rien faire, on ne peut pas la retenir", se résigne Michel Poilleaux. Une lente décrue La Garonne, qui a atteint un pic de 10,2 mètres, a englouti le paysage. Sur des dizaines de routes et des plaines, seuls dépassent les arbres. Il s'agit d'une crue inédite depuis 40 ans. Le fleuve entame tout juste sa lente décrue, mais les niveaux restent toujours élevés, jeudi 4 février. "Le niveau de l'eau baisse de cinq centimètres par heure ici à Tonneins", rapporte la journaliste Julie Vitaline en direct de Tonneins.