Des inondations font une cinquantaine de morts en Indonésie et au Timor oriental

·2 min de lecture

Plus de 50 personnes sont mortes dimanche lors d'inondations et de glissements de terrain dans l'est de l'Indonésie et au Timor oriental voisin, ont annoncé les autorités qui redoutent un bilan plus lourd.

Plus de 50 personnes sont mortes dimanche lors d'inondations et de glissements de terrain dans l'est de l'Indonésie et au Timor oriental voisin, ont annoncé les autorités qui redoutent un bilan plus lourd. Les inondations provoquées par des pluies torrentielles ont semé la désolation depuis l'île de Florès jusqu'au Timor oriental, à l'est de l'archipel indonésien. Le déluge et les glissements de terrain qui ont suivi ont fait déborder des barrages, submergeant des centaines de maisons. "Après avoir vérifié les chiffres avec notre équipe sur le terrain, nous avons recensé 41 morts", a déclaré à la presse Raditya Jati, le porte-parole de l'agence indonésienne de gestion des catastrophes, révisant à la baisse un précédent bilan de 44 morts.

"27 personnes sont encore portées disparues et neuf personnes sont blessées", a-t-il ajouté. Ces pluies torrentielles ont entraîné des inondations dans plusieurs districts de l'île de Florès, dont la majorité de la population est catholique, dimanche vers 01H00 (17H00 GMT samedi), quelques heures avant le début des célébrations de Pâques. Des dizaines de maisons ont été recouvertes de boue alors que des ponts et des routes ont été détruits dans la partie orientale de l'île.

"Nous cherchons d'autres zones impactées"

Au Timor oriental, onze personnes ont été tuées dans la capitale, Dili, ont annoncé les autorités. "Nous cherchons d'autres zones impactées", a déclaré à la presse le secrétaire d'Etat chargé de la protection civile au Timor, Joaquim Jose Gusmao dos Reis Martins. Les autorités avertissent que le bilan des morts et des blessés pouvait continuer à être revu à la hausse. Des images de Lemanele, sur l'île de Florès Est, montrent des maisons englouties, des routes entièrement(...)


Lire la suite sur Paris Match