Inondations dans le Sud-Est : le découragement de la population

Pour la deuxième fois en huit jours, le quartier du Palud est entièrement coupé du monde. Situé en périphérie de Fréjus, il compte 200 commerces, quelques habitations et, lundi 2 décembre, une grande lassitude face à ces inondations à répétition. "On a passé toute la semaine à tout sortir, à tout nettoyer, il y a encore des bennes de partout", se désespère Frédéric Licata, président des commerçants de la zone du Palud.

L'épuisement et la colère des habitants Avec près d'un mètre d'eau par endroits, pour accéder aux rues les plus touchées par les inondations, pas d'autres choix que d'embarquer dans des camions de la sécurité civile. Parmi les bâtiments désertés, au détour d'une rue, un homme seul, manifestement dépité. Son entreprise a de nouveau été inondée. "On construit de nous-mêmes, de nos mains, et puis on perd tout. Si mercredi, j'ai encore de l'eau, je ne sais pas si je vais rester", explique-t-il.