Les inondations au Pakistan ont déjà fait plus de 1.130 morts : l'état d'urgence est déclaré

Alors que la sécheresse a ravagé la France, et l'Europe en général cet été, au Pakistan, l'inverse se produit. Bien que le pays soit préparé à chaque mousson, cette saison des pluies 2022 se révèle dévastatrice et meurtrière. Un tiers du pays est submergé, plus de 1.000 décès sont à déplorer, et plus de 33 millions d'habitants se retrouvent dépouillés de leurs foyers, sans endroit où se réfugier, soit un Pakistanais sur sept.

Le pays, déclaré en « état d'urgence », a demandé une aide humanitaire pour remédier à une partie des dégâts causés. L'ONU a ainsi lancé un appel urgent de 160 millions de dollars pour venir en aide aux Pakistanais. Au total, selon le Premier ministre Shehbaz Sharif, les réparations dans tout le pays coûteront jusqu'à 10 milliards de dollars. Et pour cause, plus d'un million de maisons ont été détruites, plus de 700.000 animaux d'élevage ont été laissés pour morts, et les récoltes sont ruinées.

Le réchauffement climatique accentue les événements extrêmes

Pays tropical, le Pakistan est habitué à assister chaque année, entre juin et septembre, à de fortes précipitations qui viennent alimenter les récoltes en eau. Mais les infrastructures du pays ont cette fois subi des pluies de mousson « sans précédent depuis trente ans », déplore le Premier ministre du pays, Shehbaz Sharif. Ces crues dévastatrices font suite à un pic de chaleur en mai 2022, où la température a grimpé jusqu'à 51 °C à Jacobabad dans le centre du pays. C'est d'ailleurs ce pic de chaleur qui pourrait avoir provoqué de telles inondations : la sécheresse intense rend les sols durs et imperméables. Ainsi, si de l'eau s'écoule, une terre sèche et compacte ne l'absorbera pas et l'eau...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura