Inna Shevchenko, cofondatrice des Femen, se raconte en BD: "Je l'ai fait pour moi-même, pour mes blessures"

1 / 2

Inna Shevchenko, cofondatrice des Femen, se raconte en BD: "Je l'ai fait pour moi-même, pour mes blessures"

Cofondatrice du mouvement Femen, Inna Shevchenko raconte son histoire dans une BD dessinée par Thomas Azuélos et coécrite par Simon Rochepeau. Dans Prénom: Inna (Futuropolis), elle retrace les premières années de sa vie dans l'Ukraine post-soviétique. Une manière pour elle de prendre du recul après dix ans de combat auprès des Femen et de comprendre l'origine de son engagement.

Elle y raconte ses années de privation, un quotidien morne qu'elle retrace sans pathos dans un récit presque en noir et blanc, constitué de "couleurs de tristesse". Alors qu'elle prépare le tome 2, qui s'arrêtera au moment où elle rejoint les Femen, Inna Shevchenko raconte la genèse de sa BD, son combat pour la liberté d'expression, de Charlie Hebdo à l'affaire Mila, et ses projets. 

Pourquoi avoir choisi la BD pour raconter votre histoire?

Ce médium me permet de partager plus d'émotions. Il y en a beaucoup plus dans le dessin que dans les mots. Il y a beaucoup d’événements que j'ai vécus et connus, que je ne suis pas toujours capable d'expliquer ou d'analyser avec des mots. C'est la première fois que j'écris mon histoire, pour ne pas laisser à quelqu'un d'autre la possibilité de la raconter avec leurs mots et leur vision. J'ai fait cette BD pour moi-même, pour mes blessures.

Vous avez dû confier votre histoire à un dessinateur et à un scénariste...

Thomas [Azuélos, le dessinateur, NDLR] a travaillé avec le récit écrit de Simon [Rochepeau,...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi