Publicité

Injonctions à la performance sexuelle : il témoigne

Sainte Paluche est l'auteur d'un essai à propos de la masculinité d'aujourd'hui. Pour des raisons professionnelles, il dissèque les rapports des hommes à la séduction et les injonctions qu'ils subissent.

"On doit être fort, on doit être bon, on doit être puissant, on ne doit pas se laisser faire. Et on ne doit pas se laisser faire parce qu'on a une bite."

Auteur de l'ouvrage Je bande donc je suis, introspection d'un mâle conditionné par le patriarcat, Sainte Paluche interroge le rapport des hommes cisgenres avec leur sexe.

Pour lui, les hommes se caractérisent par une forme de confiance à travers leur pénis et leur érection : "Le fait de l'avoir entre les jambes, d'avoir cette érection du matin, de pouvoir bander, c'est une manière d'être fier, d'être fort et d'être puissant. Et ça nous donne confiance."

Sainte Paluche met en lien les injonctions de domination que subissent les hommes avec la relation de "consommation" sexuelle des femmes : "Pour nous, le sexe, c'est une manière d'asseoir sa place par rapport aux autres."

Il remarque comment, les conversations entre hommes, tournent continuellement autour de la sexualité. Et ceux, quel que soit le contexte : "Après une soirée, la première question qu'on va poser aux potes, c'est : est-ce que t'as pécho ? Comprenez : est-ce que t'as baisé ? " Selon lui, les hommes prouvent leur virilité à travers les conquêtes amoureuses féminines.

Pour ces raisons, l'auteur raconte détester les hommes, et, par la même occasion, lui-même : "L'homme est lâche et égoïste, même s'il est sympa, même s'il est cultivé, même s'il ne fait pas de faute d'orthographe..." Sainte Paluche explique que la société et le porno conditionnent les hommes à penser (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

VIDÉO - Journée internationale du droit des femmes - Lucile Peytavin : "La virilité a un coût pour la France : 100 milliards d'euros par an"