Ingérences étrangères : ce qu’il faut savoir sur Viginum

·1 min de lecture
Viginum devra « identifier des opérations impliquant (...) un État étranger ou une entité non étatique étrangère et visant à la diffusion (...) d'allégations ou d'imputations de faits manifestement inexactes ou trompeuses de nature à porter atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation ».
Viginum devra « identifier des opérations impliquant (...) un État étranger ou une entité non étatique étrangère et visant à la diffusion (...) d'allégations ou d'imputations de faits manifestement inexactes ou trompeuses de nature à porter atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation ».

Puisqu?il est « écrit », selon Emmanuel Macron, que l?élection présidentielle de 2022 sera marquée par des tentatives d?ingérences étrangères, il s?agit de les détecter et de s?en protéger. C?est l?ambitieux dessein de Viginum, une agence qui verra le jour en septembre. Le 12 janvier, en conseil de défense, le chef de l?État avait acté le principe d?une nouvelle structure, logée au sein du secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN), rattaché à Matignon. Début juin, le patron du SGDSN, Stéphane Bouillon, avait annoncé sa création, mais son officialisation a été actée via un décret présenté mercredi 14 juillet, en conseil des ministres, par le Premier ministre, Jean Castex.

« À l?instar de ses principaux partenaires européens et internationaux, la France renforce son dispositif de lutte contre la manipulation de l?information en se dotant d?un service destiné à protéger la démocratie contre les ingérences numériques étrangères », est-il écrit dans le compte rendu, où sont par ailleurs annoncées les dates de la prochaine élection présidentielle. Tandis que l?Union européenne a créé en 2015 East StratCom, une structure spécifiquement consacrée à lutter contre les manipulations en provenance de la Russie, et que le Royaume-Uni a récemment lancé le programme NSCT, la France paraît quelque peu à la traîne. Sous la pression d?une campagne massive de désinformation anti-française sur les réseaux sociaux, l?exécutif avait chargé la task for [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles