Ingérence, place dans l'Otan et dialogue : ce qu'il faut retenir de l'interview de Macron sur la Turquie

·1 min de lecture

Une soirée spéciale. Mardi soir, l'émission C dans l'air, diffusée sur France 5, a consacré une soirée spéciale au président turc Recep Tayyip Erdogan, "le sultan qui défie l'Europe". A cette occasion, le président de la République Emmanuel Macron est revenu sur les relations bilatérales tendues entre les deux pays, entre attaques personnelles et divergences diplomatiques, au cours d'une interview, tout en rappelant la nécessité d'un dialogue. Ce sujet sera par ailleurs traité jeudi et vendredi lors du prochain sommet européen, où un rapport, présenté par le chef de la diplomatie Josep Borrell, est attendu.

Des relations tendues. Entre les deux hommes, les relations n'ont cessé de se dégrader depuis quelques mois, les attaques prenant parfois une tournure personnelle. Notamment après le discours d'Emmanuel Macron sur le séparatisme religieux, qui avait déclenché une controverse dans plusieurs pays. Erdogan avait émis des doutes sur la "santé mentale" du chef de l'Etat, le qualifiant "d'islamophobe". Sur France 5, Emmanuel Macron a dénoncé "une politique de mensonges d'Etat" notamment "relayés par les organes de presse contrôlés par l'Etat turc" ou encore d'autres chaînes, "contrôlées par le Qatar". 

Lire aussi - ENQUETE. Comment le président turc Recep Tayyip Erdogan infiltre la France

Des divergences diplomatiques. Plus largement, la France et la Turquie s'opposent sur plusieurs sujets à l'international : conflit en Syrie, intervention en Lybie, envoi de navires en Méditerra...


Lire la suite sur LeJDD