Infrastructures civiles visées en Ukraine: Macron dénonce "un crime de guerre" qui "ne peut rester impuni"

Emmanuel Macron le 7 novembre 2022 en Egypte à l'occasion de la COP27. - AHMAD GHARABLI
Emmanuel Macron le 7 novembre 2022 en Egypte à l'occasion de la COP27. - AHMAD GHARABLI

Des frappes russes sur les infrastructures ukrainiennes mercredi ont entraîné des coupures massives d'électricité et d'eau, notamment dans la capitale Kiev, faisant au moins six morts, provoquant la déconnexion de trois centrales nucléaires et affectant jusqu'à la Moldavie voisine.

"Toute frappe contre des infrastructures civiles constitue un crime de guerre et ne peut rester impunie", a dénoncé dans la soirée Emmanuel Macron.

Sur Twitter, le locataire de l'Élysée s'est indigné des "bombardements massifs" et a rappelé qu'il accueillera le 13 décembre à Paris "les soutiens internationaux de l'Ukraine pour aider le pays à résister et garantir son accès à l'énergie."

Des températures en dessous de zéro en Ukraine

Ce n'est pas la première fois depuis le début du conflit en Ukraine, fin février 2022, que le président de la République Emmanuel Macron dénonce des "crimes de guerre."

Il avait notamment annoncé que la France allait aider à rassembler des preuves pour prouver que la Russie avait bien commis des crimes de guerre en Ukraine, en envoyant des gendarmes et des magistrats pour contribuer aux enquêtes.

Selon l'armée de l'air ukrainienne, la Russie a tiré ce mercredi environ 70 missiles de croisière sur l'Ukraine, dont 51 ont été abattus, et envoyé cinq drones kamikazes. Ils ont visé des infrastructures stratégiques, au moment où des températures hivernales s'installent en Ukraine.

"Avec des températures en dessous de zéro, plusieurs millions de gens sans fourniture d'énergie, sans chauffage et sans eau, il s'agit évidemment d'un crime contre l'humanité", a fustigé dans la soirée Volodymyr Zelensky lors d'une brève déclaration devant le Conseil de sécurité de l'ONU.

Article original publié sur BFMTV.com