INFOGRAPHIES. Surmortalité, chute de l'espérance de vie, recul des mariages… Comment l'année 2020 a affecté la démographie française

Yann Thompson
·1 min de lecture

C'est une édition historique. L'Insee publie, mardi 19 janvier, son bilan démographique annuel, marqué par l'effondrement de plusieurs indicateurs du fait de l'épidémie de coronavirus. A partir d'estimations réalisées courant novembre, l'Institut national de la statistique dresse le tableau ainsi d'une France de 67,4 millions d'habitants ébranlée par la crise sanitaire.

La croissance de la population ralentit

Au 1er janvier 2021, la France comptait 67 422 241 habitants, soit 135 000 de plus en un an. Cette hausse estimée de 0,25% de la population s'inscrit dans une tendance au ralentissement par rapport aux bilans 2019 (0,34%), 2018 (0,35%) et 2017 (0,48%).

Cette progression est due principalement au solde migratoire (+87 000 personnes). C'est une nouveauté, car la croissance de la population française était jusqu'ici portée par le solde naturel, la différence entre le nombre de naissances et le nombre de morts.

Le solde naturel s'effondre

Si les naissances restent plus nombreuses que les décès, jamais l'écart n'avait été aussi faible. Selon les chiffres publiés mardi, 740 000 bébés sont nés en 2020 en France (-1,8% par rapport à 2019) et 658 000 personnes ont perdu la vie (+7,3%). [Cette mortalité est sans doute sous-estimée : les dernières données de l'Insee font désormais état de

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi