INFOGRAPHIE. Covid-19: votre département risque-t-il de passer sous "surveillance renforcée"?

Louis Tanca
·3 min de lecture

23 départements sont actuellement sous "surveillance renforcée". Si on se fie aux critères du gouvernement, la liste pourrait s'allonger dans les prochains jours.

On saura dans quelques heures si de nouveaux départements sont désormais sous "surveillance renforcée" à cause de la circulation du coronavirus sur leur territoire.

Pour le moment, seulement 23 zones sont concernées: l'Aisne (02), les Hautes-Alpes (05), les Alpes-Maritimes (06), l'Aube (10), les Bouches-du-Rhône (13), la Drôme (26), l'Eure-et-Loir (28), la Meurthe-et-Moselle (54), la Moselle (57), le Nord (59), l'Oise (60), le Pas-de-Calais (62), le Rhône (69), Paris (75), la Seine-et-Marne (77), les Yvelines (78), la Somme (80), le Var (83), l'Essonne (91), les Hauts-de-Seine (92), la Seine-Saint-Denis (93), le Val-de-Marne (94) et le Val-d'Oise (95).

Passage en zone de "surveillance renforcée": quelles conséquences ?

Ce classement en zone de "surveillance renforcée" a plusieurs conséquences directes sur le quotidien des habitants de ces départements. Les grands centres commerciaux de plus de 10.000 m² y sont fermés, le port du masque y est obligatoire dans toutes les zones urbaines. Les préfets sont aussi invités à "interdire ou réglementer l’accès de certains sites très fréquentés pendant les week-end, où l’on observe des regroupements de masse".

Dans trois de ces départements - le Nord, le Pas-de-Calais et les Alpes-Maritimes - un confinement le week-end a été mis en place. Une mesure qui pourrait être étendue à d'autres lieux même si aucune décision n'a encore été prise officiellement.

Quels sont les critères de sélection du gouvernement ?

Le 27 février, lors de l'annonce de la création de ces zones de "surveillance renforcée", Jean Castex a précisé les critères de sélections de cette liste:

"Un niveau d'incidence élevé, autour de 250 cas pour 100.000 habitants, une part de variant supérieure à 50%, une pression hospitalière proche du seuil critique et enfin une circulation virale qui commence à s'accélérer sérieusement."

En se basant sur les données de Santé Publique France, nous avons donc rassemblé dans une infographie les taux d'incidences, les suspicions de variants et la tension hospitalière de chaque département. Lorsque la case d'un département est rouge, cela signifie que le seuil fixé par le gouvernement est dépassé. Lorsque la case est rose, cela signifie que le département est proche du seuil critique.

On s'aperçoit donc que certains départements sont proches du passage en zone de surveillance renforcée comme le Doubs (25), le Gard (30) ou encore le Bas-Rhin (67). A contrario, certains départements passés en zone de surveillance renforcée ne remplissent pas forcément tous les critères comme la Drôme (26), où le taux d'incidence est inférieur à 200 et recule depuis plusieurs jours.

Saturation des hôpitaux, circulation des variants: des situations qui concernent presque tous les départements

Autre constat: les variants britanniques, brésiliens et sud-africains - cumulés - sont désormais plus présents que la souche originale du coronavirus. Seuls deux départements ont encore moins de 50% de suspicions de variants dans leurs tests PCR criblés: la Lozère (48) et la Haute-Loire (43).

Enfin, précisons que la "tension hospitalière" dans le graphique correspond aux données régionales et non aux départementales. Au niveau national, 77% des personnes en réanimation sont des patients atteints par des formes graves du Covid-19. Toutes les régions ont une proportion supérieure à 40%, une part déjà relatviement élevée.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :