Info Public Sénat. La sénatrice Esther Benbassa exclue du groupe écologiste du Sénat

·2 min de lecture
Esther Benbassa
Esther Benbassa

Journée difficile pour le groupe écologiste – Solidarité et territoires au Sénat, un an à peine après sa création. Le groupe a décidé d’exclure à compter du 15 septembre la sénatrice écologiste de Paris, Esther Benbassa, dans la tourmente depuis les révélations de Mediapart en juillet. Le site avait recueilli les témoignages de huit anciens collaborateurs parlementaires, mais aussi d’anciens assistants dans le cadre de ses missions à l’École pratique des hautes études, qui se disaient victimes de harcèlement moral.

« Les sénateur.trice.s ont considéré qu’il était de leur responsabilité collective de prendre une décision cohérente avec les valeurs portées par le groupe », a indiqué le groupe écologiste dans un communiqué, moins d’une semaine après avoir entendu la sénatrice.

« Une décision qui n’est fondée ni sur le droit, ni sur les conclusions d’une enquête », se défend la sénatrice

Dans un communiqué, Esther Benbassa déplore de son côté une décision qui « clôt un simulacre de procédure interne », et une « violation du principe de présomption d’innocence ». Regrettant que des « impératifs d’image prennent le dessus sur le droit », elle dénonce « une décision qui n’est fondée ni sur le droit, ni sur les conclusions d’une enquête » ainsi qu’un « choix politique et de communication ».

Le 9 septembre, la sénatrice de Paris, par ailleurs vice-présidente du groupe, avait été auditionnée par ses collègues, en présence de deux avocats. Le groupe note que cette dernière « n’a pas contredit une partie des témoignages » et qu’elle « n’a pas jugé opportun de porter plainte en diffamation ».

« Il n’y avait pas de possibilité de la réintégrer dans le groupe »

La séance d’explications a certainement pesé sur la décision de ce mardi. « La semaine dernière, elle n’a pas eu un (...) Lire la suite sur Public Sénat

Ubérisation : quels impacts sur les professions réglementées ?

Prix du carburant : flambée des prix ou fièvre politique ?

L’idée de Macron de créer « une instance de contrôle parlementaire des forces de l’ordre » accueillie (très) froidement au Sénat

Beauvau de la sécurité : Emmanuel Macron annonce une loi de programmation au début de l’année 2022

Élections sénatoriales du 26 septembre : six sièges et dix listes en présence

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles