Info Match : Pécresse propose d'avancer de 15 jours les vacances scolaires

·2 min de lecture

Face à la dégradation de la situation sanitaire, la présidente de la région Ile-de-France propose d'avancer de quinze jours les vacances scolaires et d’accélérer le rythme des tests dans les lycées.

La présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse s’inquiète de la situation sanitaire qui se dégrade de jour en jour. «On n’a pas réussi à remettre les gens en télétravail», déplore-t-elle auprès de Paris Match alors que la région est depuis samedi sous le coup de nouvelles mesures restrictives. Elle se base notamment sur la fréquentation dans les transports en commun d’Ile-de-France qui a baissé de 55% à 45%. Une diminution qui ne semble pas suffisante si on la compare aux précédents confinements (30 à 35% lors de celui d’automne, 10% lors du confinement du printemps 2020).

"Il faut freiner, mais on n’a pas beaucoup de freins"

Les maires d’Ile-de-France l’alertent sur la situation sanitaire et notamment le cas des lycées où la politique de tests pêche et où les contaminations se multiplient. Depuis six mois, la fondatrice de Libres! propose de tester massivement les élèves d’Ile-de-France, à un rythme de 50 lycées par semaine. «Il faut freiner, mais on n’a pas beaucoup de freins», constate-t-elle. Elle avance alors une proposition face à l'urgence : «Je me demande si la bonne mesure ne serait pas d’avancer les vacances scolaires de 15 jours afin de fermer les écoles dès le 2 avril», explique-t-elle. Une idée qu’elle a proposé au préfet d’Ile-de-France. La région est en zone C et les vacances de printemps sont initialement prévue le samedi 17 avril avec une reprise le lundi 3 mai.

«Pas de décision prise en ce sens à ce stade», a répondu l'entourage du Premier ministre, comme le rapporte le journaliste Guillaume Daret.

Dans la région, selon des chiffres arrêtés à samedi, le taux d'incidence s'est envolé à 551 nouveaux cas pour 100.000 habitants sur les sept derniers jours, bien au-dessus du seuil d'alerte(...)


Lire la suite sur Paris Match