INFO M6 – Sophie Le Tan : la deuxième trace ADN appartiendrait à une autre étudiante recherchée

DR

Rebondissement dans l’affaire de la disparition de Sophie Le Tan. Selon nos informations, les enquêteurs auraient réussi à déterminer l’origine de la deuxième trace de sang découverte dans l’appartement de Jean-Marc Reiser.

Les enquêteurs avancent et leurs découvertes font croître jour après jour l’inquiétude sur le profil de jean-Marc Reiser, mis en examen après la disparition de Sophie Le Tan, 20 ans. Selon nos informations, des analyses ont révélé que la deuxième trace ADN découverte dans du sang dans l’appartement de Jean-Marc Reiser appartient à une étudiante dont on est sans nouvelles depuis plusieurs semaines.

Il s’agirait d’une jeune fille d’origine étrangère. Les enquêteurs cherchent toutefois à vérifier si elle a effectivement disparu ou si elle est retournée dans son pays d’origine.

Une perquisition effectuée dans son appartement avait déjà révélé l’existence de traces de sang, dont l’ADN a été attribué à Sophie Le Tan. Dix jours après sa disparition, la jeune femme reste toujours introuvable. Une battue a été organisée jeudi. Les recherches ont duré toute la matinée autour du plan d’eau de la Ballastière à Bischheim, non loin de Schiltigheim, dans le Bas-Rhin.

Jean-Marc Reiser, 58 ans, a été mis en examen et écroué lundi soir pour assassinat, enlèvement et séquestration. La police judiciaire craint d’avoir mis la main sur “un tueur en série” et qu’il n’ait fait d’autres victimes en montant des scénarii machiavéliques destinés à les prendre au piège.

Le suspect a de lourds antécédents judiciaires. Il a notamment été condamné en 2001 par la cour d’assises du Doubs à 15 ans de réclusion pour le viol d’une auto-stoppeuse en 1995 dans les Landes, et pour des viols sur sa maîtresse, en 1996. Une peine confirmée en février 2002 par la cour d’assises d’appel du Bas-Rhin.