INFO M6 - Selon Tracfin, Patrick Balkany aurait reçu près de 10 millions de dollars

Pierre-Antoine Souchard

Selon Tracfin, l'organisme anti-blanchiment de Bercy, le député-maire UMP de Levallois-Perret, Patrick Balkany, aurait bénéficié de près de 10 millions de dollars au second semestre 2009, soit plus de 7,8 millions d'euros. Les enquêteurs considèrent qu'une partie de ces fonds a permis d'acheter en 2010 la villa "Dar Gyucy" à Marrakech. Le couple Balkany nie en être propriétaire.

Patrick Balkany dénonce des "fariboles"

A l'issue de sa mise en examen, mardi 21 octobre, pour "corruption passive, blanchiment de corruption et blanchiment de fraude fiscale", Patrick Balkany, a déclaré à la presse n'avoir rien à se reprocher, ni posséder de compte bancaire à Singapour. Il a dénoncé des "fariboles" et des "affabulations" émanant de George Forrest, un industriel belge qui a témoigné dans cette affaire. Joint par nos soins, l'avocat du maire de Levallois-Perret, Me Grégoire Lafarge, a demandé qu'on arrête "d'harceler" son client, dénonçant une "manipulation de la justice".

Un compte à Singapour ?

Dans un rapport remis aux juges d'instruction le 9 juillet 2014, dont M6 a eu connaissance, Tracfin estime que l'élu des Hauts-de-Seine a été le bénéficiaire de près de 10 millions de dollars sur les six derniers mois de l'année 2009.
Comme nous le révélions il y a quelques semaines, l'industriel Georges Forrest a déclaré le 18 septembre au juge Van Ruymbeke avoir versé en juin 2009 cinq millions de dollars à M. Balkany pour son rôle d'apporteur d'affaire dans un accord minier en 2008. Le magnat belge a remis au magistrat les ordres de virement sur un compte à la Commerzbank de Singapour, détenu par la société Himola. Une somme qui n'a jamais été déclarée au fisc français.

Trois autres transferts

Mais trois autres transferts, effectués entre juin et novembre 2009 sur le compte du notaire qui a procédé à l'achat de la villa de Marrakech, intriguent les enquêteurs. Ces derniers soupçonnent le couple Balkany d'en être propriétaire.
Le premier, d'un montant de 193 141,50 dollars, a été viré le 10 juin du compte d'une société agro-alimentaire égyptienne appartenant à Mohamed Bin Issa-al-Jaber. L'une des sociétés de cet homme d'affaires austro-saoudien devait reprendre en 2008 un projet immobilier à Levallois-Perret, qui ne verra finalement jamais le jour.
Les deux autres, en date du 27 octobre et 17 novembre 2009, proviennent de Mashreq Trade, une société basée en Egypte spécialisée, selon Tracfin, dans le courtage et la gestion d'actifs. Ils s'élèvent respectivement à 2 999 969, 20 et 1 399 969,20 dollars.

Une propriété marocaine au cœur de l'enquête



 La propriété de Marrakech a été achetée en deux lots le 8 janvier 2010 par la SCI "Dar Gyucy", créée en août 2009. Son ayant-droit serait Jean-Pierre Aubry, un proche du couple Balkany, ancien directeur de cabinet du maire de Levallois-Perret, qui vient de démissionner de son poste de directeur d'une société d'économie mixte de la commune.
La SCI a acheté deux terrains, d'une superficie de deux hectares, d'une valeur totale de 2 750 000 euros, selon Tracfin.
Les enquêteurs de la cellule anti-blanchiment du ministère des Finances s'interrogent sur la logique économique de ces différents virements qui, additionnés, avoisinent donc les 10 millions de dollars.
En novembre 2009, soit deux mois avant l'achat de la villa marocaine, le compte de la SCI "Dar Gyucy" a été a été crédité de 100 000 euros provenant du compte de la Commerzbank ouvert à Singapour au nom de la société Himola dont l'ayant-droit économique serait, toujours d'après Tracfin, là encore, Jean-Pierre Aubry, mis en examen dans cette affaire.


Le patrimoine du couple Balkany

Depuis plusieurs mois, la justice s'intéresse au patrimoine du couple Balkany, qui n'est pas assujetti à l'impôt sur la fortune. Des revenus qui ne cadrent pas, selon Tracfin, avec le patrimoine supposé du couple, notamment les deux villas à Marrakech et Saint-Martin.
Lors de sa garde à vue en mai, Isabelle Balkany a admis être la propriétaire de la villa "Pamplemousse" sur l'île de Saint-Martin aux Antilles, ce que le couple niait jusqu'à présent. Un bien non déclaré au fisc.
Dans leur rapport du 9 juillet 2009, Tracfin dit avoir découvert deux comptes ouverts au nom de M. Balkany sur la partie néerlandaise de Saint-Martin, clôturés en septembre 2010, ainsi qu'un compte, ouvert en juillet 2009, au nom de Mme Balkany au Maroc, sans mouvement financier depuis 2012.
Tracfin relève également n'avoir trouvé aucun paiement en faveur d'un hôtel lors des nombreux déplacements du couple Balkany à Saint-Martin ou à Marrakech.


                

Vidéo liée